class="st0" />

PhytoChemia Acta

Activités et événements

Découvertes

Il était une fois le ChemisTree

6 janvier 2020

Corine Lormel, PhD

En ces temps de fêtes vous avez probablement vu fleurir dans vos fils d’actualité de magnifiques photos d’arbres de Noël de chimie encore appelés ChemisTree.  A l’instar de certains d’entre nous au laboratoire, vous imaginez peut-être qu’il s’agit d’un phénomène récent dont l’origine est attribuable à un groupe de chimistes passionnés. Mais, vous auriez alors partiellement raison.

S’il a bien fallu une bande de passionnés, ils n’ont pas attendus ces dernières années ni le nombre d’années comme vous allez le voir.

1940 : Les débuts dans les écoles

En décembre 1940 Wilamena Schnooberger, professeur de chimie dans le Michigan, a accompagné la réalisation de ce que l’on peut qualifier de premier ChemisTree actuellement connu. Son groupe d’élèves de secondaire a confectionné un arbre de Noël de chimie à partir d’équipements du laboratoire : statif, supports de burettes, tuyaux de caoutchouc, feuilles de cuivre, laine de verre…et écrit un message de joyeux Noël en dichromate de potassium (Image 1).

Image 1 : Premier Chemistree connu, datant de 1940 et réalisé par des élèves de secondaire au Michigan

En 1956 un ChemisTree est identifié dans une école secondaire de l’IOWA. L’objectif de cet arbre était selon l’enseignant A. W. Sturges d’introduire le concept des indicateurs colorés (Hein, 2019). Vingt ans plus tard, en 1976, le magazine de l’université de Waterloo (Hein, 2019) publie dans la même année trois articles sur des Chemistrees réalisés dans des écoles américaines et Canadiennes (Images 2). Deux d’entre eux sont le résultat d’une réaction chimique d’oxydoréduction entre le cuivre et l’argent pour obtenir des sapins argentés .

Il semble donc que les ChemisTrees soient issus d’une tradition éducative et ludique dans les milieux scolaires anglophones.

2017 : La révélation dans les médias sociaux

John O’Donoghue quand il était doctorant (Ochemistree, 2019), a lancé un concours en ligne sur le thème du Chemistree ces dernières années . En se basant sur cinq catégories allant de l’arbre en  papier/poster aux arbres en nanoparticules, il décerne en décembre des prix parmi les arbres publiés sous le hashtag  #Chemistree et @johndhodonoghue. Depuis 2017, John O’Donoghue, a noté une explosion de participations mais aussi une plus grande richesse de formes et d’origines des arbres (Images 3).

Cette visibilité accrue sur le net explique l’impression de nouveauté de ce phénomène.

Le futur…2020 les laboratoires de recherche

De plus le hastag #Chemistree a aussi eu un effet catalysant sur les laboratoires de recherche en chimie. Ils proposent maintenant des ChemisTrees qui prennent des formes souvent inédites et représentatives de leurs activités (Images  4).

On peut donc gager que dans les prochaines années de nouvelles formes de ChemisTree pousseront.

Bibliographie 

Article largement inspiré du blog O Chemistree de John O’Donoghue https://ochemistree.wordpress.com/2017/12/ 
Ainsi que
Hein, J. (2019, 01 05). Growing a chemistree and a competition -cover article. CHEM13 NEWS MAGAZINE. (U. d. Waterloo, Éd.) Waterloo, Ontario, canada. Consulté le 12 18, 2019, sur https://uwaterloo.ca/chem13-news-magazine/december-2018-january-2019/feature/growing-chemistree-and-competition-cover-article

 

Laissez un commentaire