class="st0" />

PhytoChemia Acta

Capsules végétales

Profils d’huiles: la mandarine (pressée à froid)

20 juin 2017

Alexis St-Gelais, M. Sc., chimiste

L’huile de mandarine (Citrus nobilis) est une friandise pour le nez. Par expérience, nous observons qu’elle est régulièrement soit adultérée, soit confondue avec d’autres huiles d’agrumes. Chimiquement, quelques points saillants permettent de rapidement déterminer si une huile de mandarine est bel et bien authentique. Nous vous présentons également un chromatogramme typique annoté (figure 1). L’information ci-dessous est basée sur notre expérience et sur la norme ISO 3528:2011.

Figure 1. Profil typique d’une huile de mandarine sur colonne DB-5. A: α-Pinène B: β-Pinène C: Limonène D: γ-Terpinène E: Anthranilate de diméthyle F: α-Sinensal G: Tangérétine

α-Pinène (A) et β-Pinène (B)

Ces deux monoterpènes communs sont plus abondants dans l’huile de mandarine (respectivement à plus de 2% et 1% en général) que dans l’orange douce ou le pamplemousse, alors qu’à l’inverse le β-pinène est nettement plus concentré dans les huiles exprimées de citron (>8%) et de lime (>16%).

 Limonène (C)

Le composé clé de la plupart des huiles d’agrumes est également dominant dans la mandarine. Cependant, on le trouve en plus faible concentration dans cette huile que dans l’orange ou le pamplemousse, par example, avec une teneur généralement sous les 75%. Il s’agit essentiellement de la forme (+) du limonène.

γ-Terpinène (D)

Après le limonène, c’est le monoterpène le plus abondant de la mandarine (>16%). Cette caractéristique n’est pas partagée avec beaucoup d’autres agrumes, et constitue donc une signature de Citrus nobilis.

N-Méthyl anthranilate de méthyle (ou anthranilate de diméthyle) (E)

Voilà un autre marqueur assez caractéristique de C. nobilis, puisque ce composé n’est pas présent dans la plupart des agrumes. On peut en trouver jusqu’à 0.6% dans la mandarine. L’huile de feuilles de mandarinier peut même en contenir plus de 50%! Ce composé contribue à l’arôme particulier de l’huile.

α-Sinensal (F)

Ce sesquiterpène plutôt rare (en fait, on le retrouve à peu près seulement dans certains agrumes) est, toutes proportions gardées, relativement abondant dans l’huile de mandarine. On devrait en trouver au moins 0.1%. C’est aussi un contributeur notable de l’odeur de cette huile.

Tangérétine (G)

Les huiles d’agrumes exprimées à froid sont richement colorées. C’est en partie dû aux flavonoïdes, qui sont des polyphénols souvent jaunes ou orangés. Ils ne sont pas très volatils, et l’analyse par GC doit donc être allongée pour en détecter. La tangérétine est l’un de ceux rencontrés dans la mandarine.

Figure 2. Structures de quelques marqueurs de l’huile de mandarine.

Enregistrer

Enregistrer

Laissez un commentaire